• abalabee

Outrage / Indignation

Updated: Sep 10

Français / English


Introduction

Cette année, je vais répéter l’exercice que j’ai fait l’été dernier et publier une série d’épisodes pour produire une nouvelle inédite… En réalité, je vais retravailler un texte que j’ai écrit lors d’un cours en 1998… à l’époque, il a été inspiré par l’équipe de basket-ball de mon école secondaire.


Vingt-quatre ans plus tard, je mets cette nouvelle à jour… En fait, je l’ai transportée vers un avenir lointain, notre 24e siècle. Je travaille sur une série SciFi, cette histoire était exactement ce que l’adolescente de l’inspecteur Cameron ferait.


Indignation

Épisode 1

Une nouvelle par A.B. Alabee

Audrey secoue ses longues nattes rousses et quitte sa rêverie pour retourner au travail. Depuis plus de 30 minutes, elle est assise dans son bureau virtuel et fixe la page vierge. L’index de son avatar trace un cercle autour du rectangle blanc. Le métal chromé de la table ronde lui renvoie une sensation de fraîcheur qui n’existe que dans son cerveau. Défaite ou victoire, elle doit rapporter les résultats et les faits saillants, et non donner son avis. Cette fois, même si elle sait que son éditeur sautera les plombs, Audrey a besoin d’exprimer son indignation.


Elle lève les yeux au-dessus des lunettes virtuelles. Sa chambre avec ses murs fleuris et ses coussins pastel est plongée dans la pénombre. La voix de son père atteint sa conscience comme un murmure lointain : « Ne travaille pas dans l’obscurité, ma chérie ». Elle soupire en allumant la lampe articulée qui baigne aussitôt la table en verre d’une lumière chaude et lui dévoile le seul crayon qu’elle n’a pas encore mâchonné. Elle griffonne sur son bloc-notes dans l’espoir que ce geste suscitera une pensée. Ce n’est pas comme si elle écrivait son premier article. Elle a assisté à des dizaines de joutes depuis qu’elle a été nommée journaliste sportive du Newsnet de l’école secondaire d’Eldrak, la plus vieille école de la colonie de Savana. Elle ne peut s’empêcher de rire à l’idée que Savana soit encore appelée une colonie alors qu’elle est indépendante de la Terre depuis plus d’un siècle. Elle dessine une échelle puis un serpent, se remémorant les hauts et les bas de l’équipe, mais cette partie était différente. Il y a cinq heures, les garçons ont été dépouillés du championnat.


Alors que son esprit retourne dans ses souvenirs, les griffonnages commencent à tourbillonner et la déposent devant les doubles portes ouvertes. Audrey inspire profondément en laissant les crécelles, les trompettes et les cris des supporters l’envelopper. Elle tressaille d’enthousiasme à la vue du dôme de triasque qui se profile au-dessus d’elle. Elle devrait pourtant y être habituée, mais chaque fois qu’elle entre dans l’arène, son corps aspire à voler avec ses coéquipières et à ressentir la montée d’adrénaline lorsque le ballon s’approche d’elle. Elle secoue la tête ; elle est ici pour les garçons. D’un pas résolu, elle se dirige vers les sièges qui s’alignent derrière le banc de son équipe. Alors qu’elle zigzague à travers la foule compacte, elle fouille dans son sac pour sortir son calepin et son crayon.


Évitant les meneuses de claque qui scandent « Allez-Les-Tigres-Allez ! » et agitent leurs pompons, elle s’installe au deuxième rang, juste au-dessus de l’anneau central du dôme, son endroit préféré pour suivre l’action. Elle commence aussitôt à mâchonner la gomme de son crayon. C’est très démodé, mais elle aime écrire ses pensées sur du vrai papier. Les semelles crissent, les cerceaux des paniers résonnent, les ballons assaillent le dôme de verre. Les harnais sifflent alors que les joueurs sautent et courent dans la sphère. Audrey inscrit quelques idées sur son bloc-notes : « Depuis l’arrestation des deux gardes et du centre accusés de trafic de drogue, les Tigres font piètre figure dans la ligue. Personne ne s’attendait à ce que la nouvelle équipe atteigne les finales du tournoi de championnat, mais elle s’y trouve… »


Épisode 2


Le sifflet strident surprend Audrey qui laisse tomber son crayon. Elle se penche et l’arrête avant qu’il ne roule sous la première rangée. Alors qu’elle se redresse, elle ne peut voir que le large torse et la tête rasée du Nuclusien géant qui s’est installé devant elle. Son crâne glabre et blafard reluit sous les projecteurs. Audrey jette un coup d’œil autour d’elle. Aucun autre siège n’est libre. Elle s’incline vers la droite. La grande fille au teint foncé lui retourne un regard suspicieux. Audrey se rapproche du garçon maigrelet assis sur sa gauche. Il hausse les épaules et elle sourit pour le remercier.


Son champ de vision étant partiellement restauré, elle suit l’action alors que les Tigres prennent le contrôle du ballon. Elle ne les a jamais vus bouger aussi instinctivement sur le terrain. C’est comme s’ils lisaient les pensées de leurs coéquipiers. Jeremy lance le ballon à Lewis qui le passe à Markus. Jeremy l’attrape à nouveau, saute contre le dôme, et se propulse à travers la zone des buts pour enfoncer l’orbe orange dans l’anneau lumineux. Audrey se joint aux rugissements de la foule. Les Tigres ont pris le contrôle du terrain, volant et bondissant dans une chorégraphie parfaite. Chaque attaque se traduit par un point. Ils interceptent et bloquent facilement les offensives de leurs adversaires. Cinquante minutes plus tard, le sifflet final annonce leur première victoire et Audrey a mal à la gorge.


Après une pause d’une demi-heure, ils commencent le match suivant avec autant de ferveur. Ils sont déchaînés. Aucune anicroche, aucune chute ne les arrêtera. Ayant remporté les sept joutes, ils sont restés dans le dôme central toute la journée. Au dernier coup de sifflet de la demi-finale, les partisans envahissent le terrain. Sautant, scandant leurs noms et chantant, ils célèbrent l’impossible avec leur équipe. Les Tigres affronteront les Scarabées, les hôtes et les champions en titre, en finale.


Le brouhaha s’estompe et la foule se disperse. Les garçons peuvent maintenant profiter d’un repos bien mérité avant le match pour le championnat dans la matinée. C’est ce qu’Audrey pensait jusqu’à ce qu’elle entende l’annonce que la finale commencera dans 30 minutes.


Épisode 3


Chantant à tue-tête, les admirateurs des Scarabées se frayent un chemin dans l’arène. Les Tigres s’attardent au tableau d’affichage et leurs visages se transforment en masques de consternation. Leur entraîneur gesticule et les encourage alors qu’il les conduit aux vestiaires. Les spectateurs retournent lentement à leur siège, ce qui déclenche quelques bagarres derrière l’équipe locale. Audrey étreint son bloc-notes et, après avoir demandé à son maigre voisin de sauver sa place, elle se précipite vers la loge des organisateurs.


Au sommet du dôme, elle trouve les arbitres en train de profiter de rafraîchissements légers avec les officiels. Ils l’ignorent. Elle jette un coup d’œil au tableau du championnat et son cœur se serre. Les Scarabées ont atteint la finale sans jouer un seul match éliminatoire. Elle frappe la console du plat de sa main et l’un des arbitres se tourne lentement vers elle.


« Qu’est-ce qui te dérange, ma chère enfant ? »


Audrey se mord les lèvres. Seul son père est autorisé à lui donner de tels surnoms. Elle inspire profondément avant de répondre :


« Pourquoi n’ont-ils pas participé aux éliminatoires ? Je pensais que c’était un tournoi des champions !

« Calme-toi, ma chère enfant, c’est une nouvelle règle dans le championnat de cette année, tous les entraîneurs le savent. »


Audrey serre les poings. Elle est tentée de lui faire avaler sa moustache touffue. Elle veut lui dire à quel point ce règlement est mer*que, mais elle se tait, car les officiels pourraient lui interdire l’accès à l’arène non seulement en tant que spectatrice, mais aussi comme joueuse. Le tournoi des filles aura lieu le week-end prochain. Se demandant pourquoi l’entraîneur a caché ce détail à ses équipes, elle tourne sur ses talons et se précipite vers les vestiaires.


La porte ne glisse pas assez vite, elle se faufile à travers l’espace étroit pour entrer. Les garçons mangent des barres énergétiques et plaisantent. Ils lui font signe et l’acclament. Elle se fige. L’entraîneur apparaît de la salle de physio et secoue légèrement la tête. Les narines d’Audrey frissonnent. Ses mâchoires sont si serrées que ses dents lui font mal. Les garçons cessent de blaguer alors qu’ils remarquent la tension, mais avant que l’un d’eux ne se déplace vers Audrey, l’entraîneur se précipite dans la pièce et, enveloppant son bras derrière ses épaules, la guide vers le couloir.


Audrey se dégage et croise les bras :


« Pourquoi ne nous avez-vous pas dit que les champions de la ligue se qualifieraient déjà pour la finale ? »

« Ah ! Puisque tu es la journaliste, je me disais bien que tu découvrirais ce nouveau règlement. Ce n’est pas un secret, mais les entraîneurs ont décidé de ne pas le mentionner à leurs joueurs. »

« Et tous les entraîneurs ont approuvé cette nouvelle règle ? »

« Aucun d’entre nous ne l’a fait. Audrey, s’il te plaît, ne le dis pas aux garçons… et n’en parle pas non plus à tes coéquipières. »

« D’ici la fin de la journée, tout le monde le saura ! Je dois le rapporter aussi. Qui a changé cette règle ? Je suis indignée ! »


Il sourit, puis lui tapote l’épaule:


« Si les garçons le découvrent, cela minera leur esprit. Tout ira bien. S’il te plaît, retourne là-haut et encourage-nous. Tu obtiendras ton entrevue après le match. »


Épisode 4


Le visage rouge, les jointures blanches, Audrey retourne à son siège derrière le Nuclusien. Elle ne mâche pas son crayon ; il reste dans son calepin. Elle garde ses yeux rivés sur la loge des officiels. Le sifflet annonce le début du match. Les Scarabées prennent le contrôle du ballon et attirent les Tigres d’un côté puis de l’autre, retardant l’attaque jusqu’à la dernière minute du temps offensif. Les Tigres courent dans du sirop épais et ils manquent d’air.


Il ne reste que quelques secondes avant la fin de la première demie du match. Les Scarabées convergent vers le plafond. Audrey connaît cette tactique. Si les Tigres ne réagissent pas maintenant, ils perdront le point. Au moment où elle exprime cette pensée, les Scarabées se séparent. Les Tigres sautent toujours vers le sommet, mais il est trop tard. Les Scarabées se précipitent vers le but dans une formation d’araignée, les joueurs se lancent le ballon alors qu’ils volent à travers la sphère. Le ballon touche l’anneau. Le sifflet retentit. La moitié des spectateurs frappent du pied en criant.


Soudain, tout au fond du dôme, loin de l’action, une agitation attire l’attention d’Audrey. Markus est tombé de son harnais et retourne à son banc en boitant. Il a reçu un coup vicieux du géant de l’équipe des Scarabées et, bien que les Tigres gagnent un tir de pénalité, la partie est finie pour Markus. Audrey secoue la tête. Ses poumons se dilatent. Elle entend son cœur battre dans ses oreilles. Elle saute sur ses pieds et crie :


« Ce n’est pas du hockey ! Il devrait être en punition ! »


Tous les yeux se tournent vers elle. Elle serre les dents, retourne à son siège et croise ses bras. Le Nuclusien lui donne un coup de coude et approuve d’un hochement de tête. Cependant, sur le banc, les Tigres courbent le dos, les coudes sur les cuisses, les têtes baissées. Le début de la joute n’annonçait que le prélude du massacre qui a suivi. Alors que les Scarabées ont marqué 42 points, les Tigres ont à peine réussi à en gagner 10. C’est la pire défaite de toute leur histoire… et les Tigres ont créé la première ligue peu de temps après la fondation de la colonie il y a environ 150 ans !


Quand Audrey voit que les arbitres ont déjà inscrit le nom des champions sur le panneau d’affichage, elle grimpe par-dessus le dossier de son siège et se précipite dans les escaliers. Essoufflée, elle fait irruption dans la salle de contrôle. En remarquant le T-shirt des Tigres, le plus jeune officiel, sourire narquois aux lèvres, s’approche :


« Que puis-je faire pour toi, petite ? »

« Je ne suis pas une petite ! J’écris pour le journal de l’école. Mes lecteurs exigeront des explications.»

« Bien sûr. Que voudrais-tu que je clarifie pour toi ?»

« Pourquoi les Scarabées ont-ils sauté jusqu’au dernier match ? C’est une règle injuste ! Et pourquoi joueront-ils aujourd’hui plutôt que demain comme prévu ?»

« Je n’ai pas fait les règles, je les applique seulement. »

« Mais pourquoi déplacer le jeu ? »

« Ah ! C’était aussi hors de notre portée ; le président ne pouvait assister au championnat que ce soir et il désirait voir son fils le remporter.»

« C’est absurde ! »

« C’est la politique, gamine ! Il n’y a rien que tu puisses faire à ce sujet. »

« Nous verrons bien ! »

« N’oublie pas qu’il t’est interdit de nous diffamer même dans le journal de ton école secondaire ! »


Audrey serre les dents en grognant son mécontentement. Elle tourne sur ses talons et se presse vers les vestiaires afin d’obtenir cette entrevue avec les Tigres. La descente lui permet de retrouver son sang-froid. La colère bouillonne encore sous sa peau, mais elle reste calme alors qu’elle marche directement vers Markus qui repose sa cheville tordue sous un sac de glace. Le sourire d’Audrey lui remonte un peu le moral et il répond avec entrain à ses questions.


« Saviez-vous que les Scarabées sont allés directement en finale ? »

« L’entraîneur nous l’a dit à la fin du match. »

« Vous auriez dû être informé de cette nouvelle règle. »

« Eh bien, nous ne pouvons rien y faire et nous n’avions pas l’intention de déclarer forfait. Cette règle n’a pas de sens, j’espère qu’elle sera abandonnée pour la prochaine saison. »


Jeremy se laisse choir à côté de Markus et lui tend une boisson énergisante.


« Désolé mon pote, c’est tout ce que nous avons pu trouver. Tous les synthétiseurs sont en panne. »


Le crayon d’Audrey tombe. Il roule sous le banc. Markus se penche en arrière, étire son long bras et le redonne à Audrey avec un sourire rayonnant. Son cœur se vide quand elle s’arrête aux visages des garçons si affligés par la faim et l’épuisement. Ils méritaient de gagner ; on leur a volé le championnat !

Audrey regarde les griffonnages qui camouflent les jurons. Elle prend une profonde respiration, place ses doigts sur le clavier et laisse les mots couler :

« C’était le meilleur moment ; c’était le pire moment. Samedi, notre équipe junior de triasque est passée de l’extase totale à une défaite amère et injuste… »
 

Nouvelle gratuite et exclusive afin d'explorer l'univers des Ancilians. Vous découvriez l'aventure tropicale d'Améthyste, Ambroise et Liana lors d'un séjour en Ingébas.

- Cliquez ici-

Après avoir cliqué, il vous suffira de me dire dans quel courriel vous voulez recevoir le lien.

Si vous désirez que je vous aide à développer un concept, c’est avec plaisir que je vous accompagnerai dans un processus de création ou d’innovation (suivez les liens pour en savoir plus et me contacter).


PSST! Si vous désirez en lire plus, vous trouverez la première trilogie de L’Enfant-Gardien (La prophétie se réalise : l'enfance chamboulée d'Améthyste) et l'apprentie le tout dernier tome de la série (l'adolescence avec tous ses tourments) sur

amazon.fr

amazon.ca

amazon.com

amazon.co.uk

P.S. Vous pouvez lire le tome 4 sans avoir lu la première trilogie

J'écris la saga en ordre chronologique, mais chaque époque de la vie d'Améthyste forme une trilogie ou une duologie plus ou moins indépendante de la précédente puisque ses souvenirs affectent son présent. Bien entendu, les enchevêtrements quantiques entre les personnages vous permettent de découvrir des indices qui vous annonce ce qui se trame pour Améthyste et ses alliés. En lisant l'enfance, vous comprenez l'adolescence et vice versa.


Loudna and the Strings of Time: War of Taar sortira en anglais à l'automne 2022.

Bonne semaine!

 

Introduction

This year, I will repeat the exercise I did last summer and post a series of episodes to produce a new short story… In fact, I will rework a text I wrote during a course in 1998… It was originally inspired by my high school basketball team.


Twenty-four years later, I’m bringing this short story up to date … actually, I’ve moved it to a distant future, our 24th century. I’m working on a SciFi series, this story was exactly what the teenage daughter of Inspector Cameron would be doing.


Outrage

Episode 1

A short story by A.B. Alabee

Audrey shakes her long strawberry blond pigtails and leaves the realm of daydream to return to work. For the last 30 minutes, she has been sitting in her virtual office and staring at the blank page. The finger of the avatar draws a circle around the white rectangle. The chrome metal of the round table gives her a feeling of freshness that exists only in her brain. Defeat or victory, her job is to report the score and highlights, not her opinions. However, this time, even if she knows that her editor would go ballistic, Audrey needs to express her outrage.


She looks over the virtual glasses. Her room with its flowery walls and pastel cushions is plunged into darkness. The voice of her father reaches her consciousness as a distant whisper: ‘Don’t work in such dim lighting, Sweety.’ She sighs as she switches on the articulated lamp that immediately bathes the glass table in a warm glow and reveals to her the only pencil she has not yet chewed. She picks it up and doodles on her note pad in the hope it will spark an idea. It’s not like she is writing her first article. She has been to dozens of matches since she was nominated sports reporter of Eldrak High School Newsnet, the oldest school in the colony of Savana. She can’t help but giggle at the thought of Savana still being called a colony when it has been independent from Earth for over a century. She draws a ladder then a snake, remembering the ups and downs of the team; however, this game was different. Five hours ago, the boys were robbed of the championship.


As her mind drifts back into her memories, the doodles swirl on the page. Audrey finds herself standing in front of the opened double doors. She inhales deeply and lets the crackers, trumpets and shouts of the supporters surround her. She shivers of excitement at the sight of the triasque dome looming above her. She should be used to it by now but every time she enters the arena, her body yearns to be flying with her teammates and feeling the rush of adrenaline when the ball hurdles towards her. She shakes her head; she is here for the boys. With a resolute step, she walks to the seats that line-up behind her team’s bench. As she zigzags through the packed crowd, she rummages in her bag to pull out her notepad and pencil.


Avoiding the cheerleaders who are chanting, ‘Go-Tigers-Go!’ while waving their pompoms, she settles on the second front row, just above the middle ring of the dome, her favourite spot to watch the action, and starts chewing the eraser of her pencil. A bit old fashion but she likes the feeling of leaving her thoughts on real paper. The rubber soles squeak, hoops clang, balls slam against the glass dome. The harnesses swoosh as the players leap and run around the sphere. Audrey jolts down some ideas on her notepad: ‘Since the arrest of the two guards and centre accused of drug dealing, the Tigers have been struggling. No one expected the new team to reach the finals of the championship tournament but here they are…’


Episode 2


The buzzer startles Audrey who drops her pencil. She bends down and stops it before it rolls under the first row. As she straightens up, she can only see the broad shoulders and shaved head of the giant Nuclusian who sat in front of her. His bald and ashen skull glows under the spotlights. Audrey glances around. No other seat is available. She leans to the right. The tall dark girl eyes her suspiciously. Audrey shuffles closer to the skinny boy on the left. He shrugs and she smiles to thank him.


Her field of view partly restored; she watches the Tigers taking control of the ball. She’s never seen them move so instinctively on the court. It’s as if they read each other’s minds. Jeremy throws the ball at Lewis who passes it on the Markus. Then back to Jeremy who jumps against the dome, launches across the guard’s zone and dunks the bright orange orb in the light hoop. Audrey joins the roaring crowd. The Tigers own over the court, flying and leaping in a perfect choreography. Each attack results in a point. They intercept and block their opponent’s offensives with ease. Fifty minutes later, the final buzzer announces their first victory and Audrey has a sore throat.


After a well earn half an hour break, they’re back and as ferocious as before. They’re on a roll. No nick, no fall will stop them. Undefeated, they’re the only team who played all their matches in the central court. At the last whistle of the semi-final game, the supporters invade the dome. Jumping, shouting and singing, the fans are celebrating the impossible with the Tigers who will face the Beetles, the hosts and last year’s champions, in the finals.


The hoo-ha fades and the crowd disperses. The boys can now enjoy some well-earned rest before the championship final in the morning. That’s what Audrey is thinking but then she hears the announcement that the last game will begin in 30 minutes.


Episode 3


Chanting, the Beetle’s fans are pushing their way into the arena. The Tigers stare at the scoreboard in dismay. Their coach is gesticulating and cheering them as he leads them to the changing rooms. The spectators slowly return to their seats, which triggers some brawls behind the home team. Audrey clasps her notepad and, after asking her skinny neighbour to save her place, she rushes to the official’s booth.


At the top of the dome, she finds the referees enjoying light refreshments with the officials. They ignore her. She glances at the championship board and her heart skips a beat. The Beetles reached the finals without playing a single game. She slams her hand on the console and one of the referees slowly turns towards her.


‘What is upsetting you Sweety?’


Audrey bites her lips. Only her father is allowed to call her ‘Sweety’. She inhales deeply before answering:


‘Why haven’t they played any game? I thought this was a tournament of champions!’

‘Calm down, Sweety, that’s a new rule in this year’s championship, all the coaches know.’


Audrey clenches her fists. She is tempted to make him swallow his bushing moustache. She wants to tell him how f*ing stupid that rule is. However, she keeps her mouth shut as the officials have the authority to ban her from the arena not only as a spectator but also as a player. The girls’ tournament is next weekend. Wondering why the coach has hidden it from his teams, she turns on her heels and rushes back to the changing rooms.


The door doesn’t slide fast enough, she squeezes through the narrow gap to enter. The boys are chewing on energy bars and joking. They wave and cheer her. She freezes. The coach appears from the physio chamber and shakes his head slightly. Audrey’s nostrils shiver. Her jaws are shut so tightly that her teeth hurt. The boys are hushing as they notice the tension, but before any of them moves to Audrey, the coach dashes across the room and, wrapping his arm behind her shoulders, leads her to the corridor.


Audrey frees herself and crosses her arms:


‘Why didn’t you tell us the league champions would already qualify for the finals?’

‘Ah! I guess you’re the journalist, you were bound to discover this new rule … it’s not a secret, but the coaches decided it was best if the player didn’t know about it.’

‘And all the coaches approved this new rule?’

‘None of us did. Audrey, please don’t tell the boys … and don’t inform your teammates either.’

‘By the end of the day, everyone will know! I must report it too. Who changed that rule? I’m outraged!’


He smiles, then pats her shoulder.


‘If the boys find out, it will crush their spirit. We’ll manage. Please go back up there and continue cheering for us. You’ll have your interview after the game.’


Episode 4


Face red, knuckles white, Audrey returns to the seat behind the Nuclusian. She doesn’t chew her pencil; it stays in her pad. Her eyes are glued to the official’s box. The buzzer announces the beginning of the game. The Beetles take control of the ball and lead the Tigers from one side to the other and back, delaying mounting an attack until the last minute of offensive time. The Tigers are running in thick syrup and they’re gasping for air.


There are only a few seconds left in the first half. The Beetles converge to the ceiling. Audrey knows this tactic. If the Tigers don’t react now, they will lose the point. As she is processing the thought, the Beetles split. The Tigers are still hopping to the top, but it’s too late. The Beetles are rushing to the goal in a spider formation, the ball hurdling between them as they fly across the court. The ball hits the hoop, the buzzer vibrates, half of the spectators stamps and shouts.


Suddenly, at the bottom of the dome, away from the action, some commotion attracts Audrey’s attention. Markus has fallen from his harness and is returning to his bench with a limp. He suffered a vicious blow by the Beetle’s giant. Although the Tigers gain a penalty shot, Markus is out of the game. Audrey shakes her head, her lungs expanding, her heart pounding in her ears. She leaps to her feet and shouts:


‘That’s not hockey! He should get a penalty!’


All eyes turn towards her. She clenches her teeth, returns to her seat and crosses her arms. The Nuclusian nudges her and nods his approval. However, on the bench, the Tigers remain humpback, elbows on thighs, heads down. The beginning of the game was but a prelude to the massacre that ensued. Whereas the Beetles scored 42 points, the Tigers barely managed to gain 10: the worst defeat in their whole history … and the Tigers created the first league soon after Savana’s colony was established some 150 years ago!


When Audrey sees that the officials have already written the champion’s name on the billboard she crawls over the back of her seat and rushes up the stairs. Out of breath, she bursts into the control room. Noticing her Tiger’s T-shirt, the youngest official approaches with a smirk.


‘What is it little one?’

‘I’m not a child! I write for the school paper. My readers will demand an explanation.’

‘Of course. What would you like me to clarify?’

‘Why did the Beetles jump right to the last game? This is unfair! And why was it played today instead of tomorrow as scheduled?’

‘I didn’t make the rules, I only apply them.’

‘But why move the game?’

‘Ah! It was also out of our hands; the president could only see his son win the championship tonight.’

‘That’s insane!’

‘Politics, kid, there’s nothing you can do about it.’

‘We’ll see about that!’

‘Don’t forget you can’t be defamatory even in your high school newspaper!’


Audrey clenches her teeth and growls. She turns on her heels and storms out to get that interview with the Tigers. The run down allows her to regain her composure. The anger still boils under her skin, but she remains calm as she walks straight to Markus who is resting his twisted ankle under an ice bag. Her smile cheers him up a bit and he merrily answers her question.


‘Did you know the Beetles went directly to the finals?’

‘Coach revealed it at the end of the game.’

‘You should have been told of that new rule.’

‘Well, we can’t do anything about it and we might have forfeited if we had known. That rule doesn’t make sense, hopefully it will be scrapped for the next season. Politics!’

Jeremy slumps next to Markus and hands him an energy drink.

‘Sorry mate, that’s all we could find. All the synthesisers are out of order.’


Audrey drops her pencil. It rolls under the bench. Markus leans back, stretches his long arm and returns it to Audrey with a beaming smile. Her heart sinks when she glances at the boy’s face so pale from hunger and exhaustion. They deserved to win; they have been robbed of the championship!

Audrey looks at the doodles disguising swear words. She sighs deeply, places her fingers on the keyboard and lets the words flow:


‘It was the best of days; it was the worst of days. Saturday, our junior triasque team went from total ecstasy to a bitter and unfair defeat…’
 

Free and exclusive short story to begin your exploration of the universe of the Ancilians. Discover the tropical adventure of Amethyste, Ambroise and Liana on Ingebas.

-Click here-

Once you have clicked, all you need to do is tell me where to send the link.


If you want me to help you develop a concept, I will be happy to accompany you in a creative or innovative process (follow the links to find out more and get in touch).


PSST! Si If you want to read more, find the series of L’Enfant-Gardien (French Edition) on

amazon.fr

amazon.ca

amazon.com

amazon.co.uk


My first English novel: Loudna and the Strings of Time: War of Taar is coming in 2022

Have a great week!


Image by fernando zhiminaicela from Pixabay


#autoédition #selfpublication #creativeprocess #processuscréatifs #ancilians #quantumfiction #fictionquantique #abalabee #sciencefiction #fantasy #SFFF #flashfiction #microfiction #dystopian #environment #environnement #fantastique


11 views0 comments

Recent Posts

See All