• abalabee

Quantum Fiction Quantique

Continuez en français/ Continue in English


Image by B.A. Lavoie

Fiction quantique


La semaine dernière, j’ai publié sur Instagram la question « vrai ou faux » suivante : l’écriture est un processus quantique.


Pourquoi est-ce un processus quantique?


Les processus quantiques sont basés sur des observations enregistrées et rapportées. L’observation fixe toutes les probabilités à un point de temps et cet événement dépend de l’observateur.


L’écriture est basée sur des observations. L’auteur rapporte une série d’événements qui se produisent au fil du temps. Tous les faits dépendent d’un point de vue unique, c’est-à-dire de l’observateur.


Image by Thomas B. from Pixabay

Fiction quantique

Il existe un genre récent appelé fiction quantique. J’ai été ravi de découvrir que la façon dont j’écrivais était dans ce genre. Je comprends l’intérêt de distinguer ce genre, mais pour moi toute fiction découle d’un processus quantique. Dans son blogue, Marti fait un commentaire semblable au mien :

« Quand j’ai découvert ce genre, j’ai commencé à le voir partout. »

Kenna Castleberry a rapporté la définition de la fiction quantique dans son article pour le « Quantum Insider » :

« La fiction quantique utilise la physique quantique comme un outil de narration, utilisant souvent des scénarios non linéaires pour imiter la nature obscure de la physique quantique. Bien que la science n’ait pas à être le thème de la fiction quantique, elle l’est généralement. On y retrouve aussi des scènes qui mettent en évidence l’influence de la physique quantique sur la perception humaine. »

J’écris donc de la fiction SFF quantique parce que j’utilise les principes de la physique quantique pour expliquer la magie et imaginer les progrès de la technologie en me guidant sur notre compréhension de la mécanique de l’univers. De plus, mes personnages ne sont ni confinés dans les trois dimensions de notre espace, ni dans notre temps linéaire… du moins, certains d’entre eux ne le sont pas. Pour moi, ce n’est pas un genre, c’est un style d’écriture qui peut être appliqué à tous les genres.


Rendre l’expérience mémorable


En tant que lecteur

Image by 6893491 from Pixabay

La fiction quantique est souvent déroutante : se retrouver à l’intérieur et en dehors de la réalité ou dans un espace-temps déformé, être à deux endroits à la fois, toucher les choses à distance, être à la fois vivant et mort… Je pose alors la question suivante : si les principes qui sous-tendent la narration sont complexes, est-ce une raison pour que le texte porte à confusion ? Pas pour moi. Quoiqu’il ne soit pas toujours facile pour un écrivain de trouver le bon équilibre entre l’originalité de la réalité quantique et l’expérience de vie du lecteur, il faut qu’il découvre le juste milieu. La plupart des lecteurs ne connaissent pas les principes quantiques. En tant que lecteur, même si je les comprends un peu, je m’attends à ce que les aspects quantiques du monde fictif (familier ou non) soient inclus dans le discours narratif de la même manière que tous les autres aspects du récit. Ils devraient être implicites et nous donner l’impression qu’ils sont les choses les plus naturelles dans l’univers… oh, mais la réalité quantique l’est !


Depuis que j’ai découvert la fiction quantique, ma bibliothèque électronique se remplit lentement de romans de fiction quantique. J’ai réussi à trouver un peu de temps pour lire Quantum Thief de Hannu Rajaniemi. Le personnage principal est basé sur Arsène Lupin (Jean le Flambeur). Qui d’autre que le plus grand cambrioleur de l’histoire du monde serait empêtré dans l’avenir quantique de notre race ? Au début, il m’a été difficile de m’engager dans l’histoire parce que la réalité quantique était déroutante. De plus, comme je ne connaissais pas l’auteur, j’ai dû m’habituer à son style d’écriture aussi. J’avoue que j’ai bien hâte de plonger dans les livres 2 et 3… peut-être pendant la saison des fêtes !

J’ai lu Quantum (le premier livre de la série Captain chase par Patricia Cornwell). Je connais bien son style et j’avais hâte de commencer cette série, mais le début n’était pas ce à quoi je m’attendais. La narration sautait un peu trop et ne donnait aucune ancre pour guider le lecteur. Retourner dans les souvenirs de manière inattendue devrait en faire une fiction quantique, mais les liens manquaient de souplesse. Cependant, les technologies, les personnages, les scènes et les actions, comme toujours, étaient impeccables. La réalité quantique n’a pas été intégrée aussi bien que les autres aspects jusqu’à ce qu’elle devienne ancrée dans la technologie au lieu du récit. Quoi qu’il en soit, j’ai adoré. Dès que j’ai fini le livre 1, j’ai lu Spin (livre 2). J’attends maintenant le livre 3 !

Image by Genty from Pixabay

In both cases, the beginning was written in a confusing way, as a reader couldn’t anchor in their own experience and there was no cues as to how to join these protagonists in their journeys. I love Arsene Lupin and I enjoy the thrillers of Cornwell very much. As a reader, I had to untangle the narrative to make sense of both stories.


Dans les deux cas, le début a été écrit d’une manière nébuleuse. En tant que lecteur, je ne pouvais pas m’ancrer dans ma propre expérience (quantique) et il n’y avait aucun indice sur la façon de rejoindre ces protagonistes dans leurs voyages. J’adore Arsène Lupin et j’aime beaucoup les romans de suspenses de Cornwell. Pourquoi ai-je continué à lire ? Je connaissais Arsène Lupin (j’ai relu toutes ses aventures l’automne dernier) alors je voulais savoir ce que Hannu Rajaninemi avait imaginé pour lui. Je m’attendais également à ce que le capitaine Chase finisse par tomber sur un meurtre et c’est là que Patricia Cornwell excelle. Cependant, si je n’avais pas cette connaissance, j’aurais abandonné les livres après le premier chapitre, probablement plus tôt pour Quantum Thief. Parfois, cela vaut la peine d’aller au-delà de l’incident initial (voir atelier créatif 4), ne serait-ce que pour s’habituer au style d’écriture d’un auteur.


En tant qu’écrivain


Image by PublicDomainPictures from Pixabay

En tant qu’écrivains, nous ne pouvons pas imposer la réalité quantique à nos lecteurs, elle devrait être tissée dans le monde fictif que nous avons créé afin qu’ils la découvrent. Pour moi, la fiction quantique n’est pas un artifice, c’est ma façon d’écrire des événements quantiques tels qu’ils sont vécus par des observateurs uniques, au moment où ils sont observés. J’aime utiliser le flux de conscience pour donner vie à la réalité quantique pour mes lecteurs. Je n’écris pas toujours à la première personne ou dans le présent comme vous pourrez le constater en lisant Ingébas, la nouvelle que j’ai écrite pour mes QQuQu Quoi qu’il en soit, en rapportant leur événement quantique, je vis la vie de mes héros pendant un petit moment avant de les laisser errer librement dans les pages de mes romans pour que les autres puissent en profiter.

Les humains font l’expérience de la réalité quantique tout le temps, mais nous ne lui donnons pas ce nom. L’astuce de tout écrivain est de faire croire aux lecteurs qu’ils vivent les mêmes événements quantiques que les personnages, analysent les mêmes perceptions sensorielles et atteignent la même conclusion (ou non) que nos cerveaux probabilistes (quantiques) atteindraient s’ils étaient confrontés à la même information. La lecture est le plaisir de découvrir ce que les autres font de la réalité dans des circonstances extraordinaires. L’écriture est la joie de faire de l’extraordinaire une réalité.


 

Si vous désirez que je vous aide à développer un concept, c’est avec plaisir que je vous accompagnerai dans un processus de création ou d’innovation (suivez les liens pour en savoir plus et me contacter).


Si vous aimez découvrir ce qui se cache derrière les pages :

inscrivez-vous (vous recevrez en exclusivité une aventure tropicale en Ingébas. Retrouvez la Gardienne de Bharmana avec ses enfants);

suivez-moi sur Facebook (@A.B.Alabee), sur instagram (@brigitte_lavoix);

laissez vos commentaires (et suivez-moi) sur mes profiles (auteure) de Goodreads et Amazon;

et continuez la conversation !


Si vous désirez en lire plus, vous trouverez les romans de la série de L’Enfant-Gardien sur

amazon.fr

amazon.ca

amazon.com

amazon.co.uk


Bonne semaine!

P.S. Si vous désirez recevoir le lien de mes blogues directement dans votre boite courriel, inscrivez-vous (sign up) sur la page des blogues. Ça vous permettra aussi de laisser vos commentaires !



 

Quantum fiction

Last week, I posted on Instagram the following true or false question: writing is a quantum process.

I commented that I believe it is true.

Why is it a quantum process?


Quantum processes are based on observations being recorded and reported. The observation fixes all probabilities to one time point and the event depends on the observer.


Writing is based on observations. The author reports a series of events that are happening through time. Every fact depends on a unique point of view, that is, the observer.


Image by Thomas B. from Pixabay

Quantum fiction

There is a newish genre called quantum fiction. I was elated to discover that the way I was writing was in that genre. I understand the interest in distinguishing this genre, but for me all fiction has a quantum narrative. In his blog, Marti write a comment similar to mine:

‘When I started becoming aware of this genre, I began to see them everywhere.’

Kenna Castleberry reported the definition of quantum fiction in her article for the quantum insider:

“Quantum fiction uses quantum physics as a storytelling device, often using non-linear storylines to mimic the confusing nature of quantum physics. While quantum fiction does not have to be science-themed, it usually is. It also highlights how human perception is influenced by quantum physics.”

So, I write quantum SFF fiction because I use the principles of quantum physics to explain magic and foresee advancements in technology with our greater understanding of the mechanics of the universe. Furthermore, my characters aren’t confined within our three dimensions of space and our linear time … at least some of them are not. For me, it isn’t a genre, it’s a writing style that can be applied to all genres.


Making the experience memorable


As a reader

Image by 6893491 from Pixabay

Quantum fiction is often confusing: in and out of reality, warping time and space, being in two places at once, affecting things at a distance, being both alive and dead… I then ask the following question: If the principles underlying the narrative are complex, is that a reason for the text to be confusing? Not for me. Although it is not always easy for a writer to find the right balance between the originality of quantum reality and the reader’s life experience, they must discover the right balance. Most readers are not familiar with quantum principles. As a reader, even though I understand quantum physics a bit, I expect the quantum aspects of the fictional world (familiar or not) to be incorporated in the same way as all other aspects of the story. It should be implicit, feels like it’s the most natural thing in the universe … oh, but quantum reality is!


Since I’ve discovered quantum fiction, my e-library is slowly filling with quantum fiction novels. I managed to find some time to read Quantum Thief by Hannu Rajaniemi . The main character is based on Arsene Lupin (Jean le Flambeur). Who else but the greatest burglar in the history of the world would be entangled in the quantum future of our race? Initially, it was difficult to engage with the story because the quantum reality was confusing. Furthermore, as I didn’t know the author, I had to get used to his writing style too. To make a story short, I can’t wait to dive into books 2 and 3 … maybe during the festive season!


I read Quantum (The first book the Captain chase series by Patricia Cornwell). I knew her style and was looking forward to reading this new series, but the beginning wasn’t what I expected. It jumped about too much without anchors to guide the reader. Flipping into memories unexpectedly should make it a quantum fiction, but it wasn’t smoothly done. However, the technologies, characters, scenes and actions, as always, were impeccable. The quantum reality wasn’t integrated as well as the other aspects until it became ingrained in the technology instead of the narrative. Regardless, I loved it. As soon as I finished book 1, I read Spin (book 2). I’m now waiting for book 3!

Image by Genty from Pixabay

In both cases, the beginning was written in a confusing way, as a reader couldn’t anchor in their own experience and there was no cues as to how to join these protagonists in their journeys. I love Arsene Lupin and I enjoy the thrillers of Cornwell very much. As a reader, I had to untangle the narrative to make sense of both stories.


In both cases, the beginning was written in a confusing way. As a reader, I couldn’t anchor in my own (quantum) experience and there were no cues as to how to join these protagonists in their journeys. I love Arsene Lupin and I enjoy the thrillers of Cornwell very much. Why did I continue reading? I knew Arsene Lupin (I read all his adventures again last autumn) so I wanted to find out what Hannu Rajaninemi had imagined for him. I also expected that Captain Chase would eventually come across a murder and that’s where Patricia Cornwell excels. However, if I didn’t have this knowledge, I would have put the book down after the first chapter, probably earlier for Quantum Thief. Sometimes, it’s worth going beyond the inciting incident! (see creative workshop 4), if only to get used to the writing style of an author.


As a writer


Image by PublicDomainPictures from Pixabay

As a writer, we can’t force quantum reality on our readers, it should be woven in the fabric of the fictive world we have created, we should allow them to discover it. For me it’s not a gimmick, it’s writing quantum events as experienced by single observers, at the time they are observed. I like to use flow of consciousness to bring quantum reality to life for my readers. I don’t always write in the first person or in the present, as you would see when reading Ingebas, the short story I’ve written for my subscribers. Regardless, by recalling their quantum event, I live the lives of my heroes for a little while before I let them roam free in the pages of my novels for others to enjoy.


Humans experience quantum reality all the time, we simply don’t call it as such. The trick of any writer is to make the readers believe that they are experiencing the same quantum events as the characters, processing the same sensory perceptions, and reaching the same (or unexpected) conclusion as our probabilistic (quantum) brains would reach if they were faced with the same information. Reading is the pleasure of discovering what other people make of reality in extraordinary circumstances. Writing is the joy of making the extraordinary become reality.


 

If you want me to help you develop a concept, I will be happy to accompany you in a creative or innovative process (follow the links to find out more and get in touch).


If you like discovering what is hiding behind the pages:

subscribe (You will get an exclusive tropcial adventure in Ingebas with one of the Guardians of Bharmana and her children);

follow me on Facebook (@A.B.Alabee), on instagram (@brigitte_lavoix) ;

Leave your reviews (and follow me) on Goodreads and Amazon;

and continue the conversation!

If you would like to read more, find books of my French series L'Enfant-Gardien on amazon.fr

amazon.ca

amazon.com

amazon.co.uk

My first English novel: War of Taar is coming in 2022!

Have a great week!

P.S. If you wish to receive the links to my blogs directly in your inbox, sign up to the blogs. It will also give you the opportunity to comment on them!


#autoédition #selfpublication #creativeprocess #processuscréatifs #ancilians #quantumfiction #fictionquantique #abalabee #sciencefiction #fantasy #SFFF #flashfiction #microfiction #dystopian


Image by Thomas B. from Pixabay

Image by 6893491 from Pixabay

Image by Genty from Pixabay

Image by PublicDomainPictures from Pixabay

7 views0 comments

Recent Posts

See All