• abalabee

Creative Inspiration Créative 6

Updated: Apr 18

Continuez en français/ Continue in English

Image by Ralf Kunze from Pixabay

Le premier jet

Le premier blogue de créativité j’ai discuté de la façon d’utiliser le remue-méninge sur un mot pour générer d’innombrables idées.

Dans le deuxième, nous avons construit un plan que j’appelle le squelette.

Dans le troisième, nous avons ajouté des couches sur notre squelette

Dans le quatrième, nous avons fait du ménage.

Dans le cinquième, nous avons paufiner le manuscript

Dans celui-ci j'explique comment je passe des l'idées au premier jet.


Tout au long de la semaine, une petite voix m’envoyait des idées que j’ai écrites sur un morceau de papier. Leur signification ne m’a frappé que lorsque je me suis réveillé samedi matin : mon cerveau savait, mais j’avais oublié de rédiger mon blogue hebdomadaire. Après avoir conduit l’adolescent quelque part, en gardant la conversation aussi civilisée que possible, j’ai planifié mon blogue sur le chemin du retour. Ce week-end, non seulement je devais préparer des gâteaux pour le concert de dimanche, mais j’avais aussi une répétition -sans parler des besognes ménagères. Cependant, je suis rentré à la maison, j’ai fait un café, je me suis assis dans mon bureau et j’ai écrit le premier jet.


Depuis que j’ai commencé à publier des blogues, j’essaie de comprendre ma méthode d’écriture. Je suis ce que vous appelleriez instinctive. Je ne pense pas à la façon dont je crée, bien que j’aie étudié la littérature tout au long de ma vie, je n’ai jamais mis de mots sur les processus que j’utilise. Je le fais maintenant à cause des blogues et parce que je veux améliorer mes compétences et rendre mon travail plus efficace.

En tant que neuroscientifique, je suis fasciné par les fonctions implicites et explicites du cerveau. Quand j’étais étudiante, j’ai lu les conclusions des recherches sur un cas très célèbres. Brenda Milner et William Beecher Scotville expérimentaient sur la mémoire. Ce patient, HM, ne pouvait se souvenir ni de son passé ni de nouveaux faits. Pourtant, il pouvait inconsciemment acquérir de nouvelles compétences. Cette semaine, je retourne sur les ateliers créatifs pour expliquer comment je transforme les processus implicites en processus explicites pour construire une histoire.


Image by 8882624 from Pixabay

Que vous soyez planificateur « plotter », ou un improvisateur « pantser », ou comme la plupart des auteurs un « planivisateur » « plantser » (j’ai traduit ces termes anglais pour exprimer ce qu’ils représentent), votre type créatif définira la façon dont vous développez vos histoires. J’ai commencé ma vie d’écrivain en tant qu’improvisateur, produisant des milliers de pages d’histoires inachevées. Éventuellement, j’ai appris les règles d’engagement et je suis devenu un planivisateur. Est-ce que je deviendrai un jour un planificateur à part entière ? C’est peu probable parce que mes personnages aiment me mettre des bâtons dans les roues. Quel que soit votre style, votre genre ou votre type de créatif, à la fin de votre manuscrit, vous devez trouver les réponses aux questions fondamentales suivantes : qui, quand, où, quoi, pourquoi et comment. Les premières réponses ne sont pas toujours les bonnes, mais la correction vous aide à régler les choses. Si vous appliquez quelques astuces d’édition avant de rédiger, cela rendra les processus ultérieurs (un peu) plus rapides.


Je commence donc par une idée.
Image by Giacomo Zanni from Pixabay

Ensuite, je divise le document en cinq sections : les étapes principales de l’arc narratif typique :

Introduction de la vie normale jusqu’au moment qui déclenche l’aventure

Les événements qui mènent au point de non-retour

La longue quête qui culmine avec le pire moment

La crise existentielle qui se termine à son paroxysme

La conclusion qui résout tous les mystères (pour ou contre le protagoniste).


L’histoire flotte au bord de ma conscience pendant un certain temps avant d’émerger. C’est le processus implicite. Comme vous le savez, je ne vois pas de films dans ma tête. Je les ressens et je trouve les mots pour exprimer les perceptions qu’ils évoquent. Je les rends explicite. J’ajoute les scènes dans les sections au fur et à mesure que les pensées apparaissent. Au départ, je n’ai pas de réponse à toutes les questions fondamentales, mais j’espère que d’ici la fin de la rédaction, je les déc

ouvrirai.


Mon processus n’est pas linéaire. Une chose utile que je fais est de donner un titre aux sections, aux chapitres et aux scènes afin de comprendre leur place dans l’histoire. Si je ne trouve pas de titre, ça me suggère que ce que je viens d’écrire n’a pas d’objectif clair et je devrais le retravailler (ou le laisser tomber). Quand vient le temps de corriger, ce simple truc fait gagner beaucoup de temps !


Mon premier jet est axé sur l’action. Les mouvements sont la manifestation de nos activités cognitives, c’est donc ce que je rapporte initialement. Que font mes personnages, où vont-ils, avec qui interagissent-ils ? Chaque action provoque une réaction et se produit pour une raison. En creusant plus profondément, vous découvrez pourquoi ces choses surviennent. Sans le « pourquoi », il n’y a pas d’intrigue.


Image by PublicDomainPictures from Pixabay

Pour moi, l’écriture est un processus organique, je ne peux pas l’expliquer en détail, car presque tout se passe dans mon inconscient. Mon cerveau aime résoudre des énigmes, relier des points et clarifier les mystères. C’est de cette façon que mes neurones fonctionnent. Mes remue-méninges se déroulent en permanence. Une fois qu’une question a été lancée dans mon univers intérieur, elle voyagera jusqu’à ce qu’elle atteigne sa destination.


J’espère que ces inspirations créatives vous plaisent. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter par courriel.

 

Nouvelle gratuite et exclusive afin d'explorer l'univers des Ancilians. Vous découvriez l'aventure tropicale d'Améthyste, Ambroise et Liana lors d'un séjour en Ingébas.

- Cliquez ici-

Après avoir cliqué, il vous suffira de me dire dans quel courriel vous voulez recevoir le lien.

Si vous désirez que je vous aide à développer un concept, c’est avec plaisir que je vous accompagnerai dans un processus de création ou d’innovation (suivez les liens pour en savoir plus et me contacter).

PSST! Si vous désirez en lire plus, vous trouverez la première trilogie de L’Enfant-Gardien sur

amazon.fr

amazon.ca

amazon.com

amazon.co.uk

Loudna and the Strings of Time: War of Taar sortira en anglais en juillet 2022.

Bonne semaine!

 

First outline

In creative workshop 1, I discussed how to use brainstorming on a word to generate a wealth of ideas.

In creative workshop 2, we built a plan I call the skeleton.

In creative workshop 3, we added layers to our skeleton.

In creative workshop 4, we cleaned up the manuscript.

In creative workshop 5, we polished the manuscript.

In this one, I explain how I go from ideas to first outline.


Throughout the week, there was a little voice sending me snippets of ideas that I wrote on a piece of paper. The significance of them only hit me when I woke Saturday morning. I drove the teenager somewhere -keeping the conversation as civilised as possible- then planned my blog on the way back. I still had to sort out baking, get to a rehearsal and a concert – not to mention the weekly chores – but when I got home, I brewed a coffee, sat in my office and wrote the first outline of the blog.


Since I began to publish blogs, I’ve been looking at my writing method. I’m what you would call instinctive. I don’t think about the way I create, although I studied literature throughout my life, I’ve never put words to the processes. I do now because of the blogs and because I want to improve my skills and streamline the workflow.

As a neuroscientist, I’m fascinated by the implicit and explicit functions in the brain. When I was a student, I looked into one of the most famous cases in history. Brenda Milner and William Beecher Scotville experiment on memory reference. Patient HM couldn’t remember his past, nor any new facts. Yet, he could unconsciously learn new skills. This week, I’m revisiting creative processes to explain how I transform implicit processes into explicit ones to build a story.


Image by 8882624 from Pixabay

Whether you’re a plotter or a pantser, or like most authors a plantser, your creative type will define how you develop your stories. I began my writing life as a pantser, producing thousands of pages of unfinished draughts. Then I learned the rules of engagement and became a plantser. Will I ever become a fully fleshed plotter? Unlikely because my characters like to put a spoke in my wheels. Regardless of your style, genre, or creative type, by the end of your manuscript, you need to find the answers to the following fundamental questions: who, when, where, what, why and how. The first answers may not always be the right ones but editing helps you to sort things out. If you apply some editing tricks before you start writing, it will streamline the subsequent processes.

So I start with an idea.
Image by Giacomo Zanni from Pixabay

Then I create five headings on the document: the main sections of the typical story arc:

Introduction of the normal life until the moment that triggers the journey

The events that lead to the point of no return

The middle quest leading to the worst time

The existential crisis that ends in the climax

The conclusion that wraps it all (for or against the protagonist)


The story has been lingering at the edge of my consciousness for a while before it emerges. That’s the implicit process. As you know, I don’t see a movie in my head. I feel it and find the words to express the perceptions it evokes. I make it explicit. I add details to the five sections when they appear to me. Initially, I don’t have an answer to all the fundamental questions but, hopefully, by the end, I will.


My process isn’t linear. One useful thing I do is to name parts, chapters and scenes so I understand their place in the story. If I can’t find a name for a segment, it’s a sign that it might not have a goal and I should rework it (or drop it). When it comes to editing, it saves so much time!


My first run at a story is action driven. Movements are the output of our cognitive activities so that’s what I initially report. What are my characters doing, where are they going, who are they interacting with? Every action provokes a reaction and is happening for a reason. Digging deeper, find out why these things are happening. Without the ‘whys’, there’s no plot.


Image by PublicDomainPictures from Pixabay

For me, writing is an organic process, I can’t explain it in detail as most of it is unconscious. My brain loves to solve riddles, connect dots and clarify mysteries. My neurons are wired like that. My internal brainstorming goes on permanently. Once a question has been launched in my inner universe, it will journey until it reaches its destination.


I hope you like these creative inspirations. If you have any questions, do not hesitate to contact me by email.

 

Free and exclusive short story to begin your exploration of the universe of the Ancilians. Discover the tropical adventure of Amethyste, Ambroise and Liana on Ingebas.

-Click here-

Once you have clicked, all you need to do is tell me where to send the link.


If you want me to help you develop a concept, I will be happy to accompany you in a creative or innovative process (follow the links to find out more and get in touch).


PSST! Si If you want to read more, find the first trilogy of L’Enfant-Gardien (French Edition) on

amazon.fr

amazon.ca

amazon.com

amazon.co.uk


My first English novel: Loudna and the Strings of Time: War of Taar is coming in 2022

Have a great week!


#autoédition #selfpublication #creativeprocess #processuscréatifs #ancilians #quantumfiction #fictionquantique #abalabee #sciencefiction #fantasy #SFFF #flashfiction #microfiction #dystopian


Image by Ralf Kunze from Pixabay

Image by 8882624 from Pixabay

Image by Giacomo Zanni from Pixabay

Image by PublicDomainPictures from Pixabay

6 views1 comment

Recent Posts

See All