top of page

Creative Inspiration Créative 13

Updated: Nov 21, 2023

First Manuscript. Premier manuscrit.

Image by Ajay kumar Singh from Pixabay

Le premier manuscrit

Dans le premier blogue de créativité j’ai discuté de la façon d’utiliser le remue-méninge sur un mot pour générer d’innombrables idées.

Dans le deuxième, nous avons construit un plan que j’appelle le squelette.

Dans le troisième, nous avons ajouté des couches sur notre squelette

Dans le quatrième, nous avons fait du ménage.

Dans le cinquième, nous avons paufiner le manuscript

Dans le sixième, j'ai expliqué comment je passe des l'idées au premier jet.

Dans le septième, j'ai examiné les descriptions.

Dans le huitième-a, j'ai corrigé l'introduction d'une microfiction.

Dans le huitième-b, j'ai continué les corrections de la microfiction.

Dans le neuvième, j'ai parlé de l'incident déclencheur.

Dans le dixième, j'ai discuté des éléments de la première scène

Dans le onzième, j'ai posé les questions fondamentales toutes aussi importantes pour vous que pour vos lecteurs : Qui, quand, où, quoi, comment et pourquoi

Dans le douzième, je vous ai présenté infographiquement la ligne temporelle que j'utilise pour mes romans.


Dans ce treizième, je retrace mon parcours pour compléter un premier manuscript.


Pour donner suite au blogue infographique de la semaine dernière, dans les semaines à venir, je développerai chaque itération manuscrite plus loin. J’ai beaucoup parlé de développer l’idée dans les blogues précédents et je vous fournirai les liens. Terminer le tout premier manuscrit est la phase la plus difficile. Cependant, à mesure que vous trouvez des moyens de commander vos idées et de découvrir vos processus créatifs, cette phase devient moins intimidante. Les conteurs aiment imaginer des vies et des aventures fictives ; l’écriture vous permet d’extraire les idées de votre cerveau. Vous n’avez pas besoin d’avoir des compétences linguistiques parfaites pour être un écrivain, vous avez juste besoin de mettre en mots vos idées. La correction est primordiale, mais elle vient après le premier manuscrit.


J’ai une idée pour écrire une histoire.

Dans la phase d’idéation, vous pouvez passer des heures ou des années à imaginer l’histoire. Vous vous demandez alors non seulement de quoi il s’agit, mais aussi comment l’écrire.


Dans cette phase initiale, j’y pense, j’imagine la vie de mes personnages, ou le lieu, ou l’intrigue, même des dialogues pour avoir une idée de leurs voix et de leurs personnalités. J’écris ce qui se passe, leurs actions, comment ils vont du point A au point B, comment ils se sentent. Comme je ne vois pas d’images dans ma tête, à moins d’y porter toute mon attention, je n’écris pas de longues descriptions visuelles. Cependant, je commence à définir l’environnement sensoriel : les aspects visuels, auditifs, olfactifs, les goûts et les textures.


Lorsque vous êtes dans cette phase, vous écrivez à ce sujet, y réfléchissez et créez de nombreuses scènes, descriptions et dialogues. Que vos idées baignent dans un chaos pur, ou vous avez déjà établit un chemin vers la fin de votre histoire, vous plongez dans votre passion avec enthousiasme et atteignez une impasse. Ne vous en inquiétez pas, cela ne signifie pas que votre histoire est mauvaise, seulement que vous deviez trouver des moyens de franchir la barrière.


Faire des séances de remue-méninges

Cette phase permet d’identifier les 6 questions fondamentales qui, quoi, quand, où, comment, pourquoi (QQQOCP) et leurs réponses. Vous découvrez ce que vous savez et ce que vous ignorez afin de planifier vos recherches, construire votre monde, développer vos personnages et l’intrigue. Les personnages, les descriptions et les intrigues commencent à fusionner dans une histoire cohérente, ou non, car à ce stade, il est possible que vous vous trouviez toujours dans le chaos pur avec des centaines de pages écrites et des post-its partout sur vos murs.


L’idéation et les remue-méninges peuvent prendre quelques heures, voire des années. J’ai travaillé pendant des années pour développer l’univers des Ancilians, donc, maintenant, je peux passer par ces étapes initiales très rapidement. Au fil des ans, j’ai créé des centaines de personnages, imaginé autant de décors et de nombreuses civilisations — sur papier. De nos jours, je m’assieds devant l’ordinateur et je sors de mon imagination les lieux et les types de personnes nécessaires dans une histoire. J’effectue encore des recherches, je lis beaucoup et je suis les événements mondiaux.

Si vous trouvez les réponses QQQOCP, la phase suivante devient plus facile.


Quelle est l’intrigue ?

Selon la quantité de recherche ou de construction du monde que vous devez effectuer, l’identification des événements clés de votre histoire peut être effectuée en quelques heures, jours ou semaines. Je sais que si vous êtes un jardinier, vous préféreriez sauter cette phase. Si vous êtes un architecte, vous pouvez y passer trop de temps. Que vous soyez un jardinier, un architecte ou un jardi-architecte, votre premier manuscrit sera tellement plus facile à écrire si vous avez identifié un protagoniste avec un but et que vous savez ce qui est en jeu si son voyage échoue. Je ne complote pas ici, je découvre simplement si mon héros a une quête qui vaut la peine d’être racontée.


Le but de cette phase est donc de résumer votre histoire : qui est votre protagoniste, qui est l’antagoniste ? Quels sont leurs objectifs, quels sont les enjeux ? Ensuite, en gardant à l’esprit les objectifs et les enjeux, vous créez un squelette de l’intrigue. En d’autres termes, vous développez l’arc narratif en identifiant les événements clés de l’histoire : la vie normale, l’incident d’incitation, la décision de s’engager, le point de non-retour, le point culminant et, oui, la conclusion.


J’ai des dizaines de squelettes prêts à écrire. Je me raconte l’histoire découlant d’une idée dans une demi-page de points saillants pour m’en souvenir. Cela ne signifie pas que le premier manuscrit s’en tiendra à ce plan. N’oubliez pas que dans cette phase, vous explorez toujours le voyage de votre personnage. Il y aura des lacunes et des divergences. C’est pourquoi vous examinerez votre manuscrit plusieurs fois avant de le publier.


Premier manuscrit

S’asseoir pour commencer à écrire est le goulot du processus créatif. Vous avez ordonné et rassemblez vos bouts de papier, vous savez en quelque sorte où se trouve la ligne d’arrivée, mais maintenant vous devez y parvenir. La vie fait obstacle à l’écriture — quand trouverez-vous le temps d’écrire ? L’anxiété de la page blanche gêne l’écriture. Toutes les idées sont dans vos cahiers, Post-its, bouts de papier pêle-mêle… et votre cerveau, mais comment les rassembler pour créer une histoire cohérente ?


Il n’y a pas de raccourcis, pas de solutions magiques. Je peux vous dire comment je passe de l’idée au premier manuscrit, mes étapes de production narrative, mais cela ne fonctionnera pas nécessairement pour vous.


1. Comme je me suis raconté l’histoire et j’ai écrit un résumé, je commence par les événements clés en tête de six chapitres : introduction, le déclencheur, la décision de s’engager, le point de non-retour, le point culminant et la conclusion. Parfois, ma première session consiste à créer le document et y inclure les six chapitres avec les informations du résumé.

2. Je ne travaille pas chronologiquement. Je laisse l’inspiration me mener à la fin, sauter au milieu, décrire un combat dans l’apogée. En gardant à l’esprit le but de mon protagoniste — et antagoniste, ainsi que les enjeux, j’ajoute de la chair au squelette, c’est-à-dire que je remplis les chapitres en ajoutant des scènes jusqu’à ce que j’aie raconté l’histoire.

3. À la fin, j’ai remanié tous mes cahiers, post-its et bouts de papier. Mon manuscrit n’est peut-être pas embelli d’informations sensorielles ou de connexions émotionnelles, mais je sais ce qui va se passer, comment les personnages interagissent et si les enjeux ont été battus. Ce manuscrit peut être très détaillé ou squelettique. Peu importe, j’ai mis en place toutes les idées fragmentées et écrit « la fin ».


Atteindre « la fin » est le moment le plus exaltant de la vie d’un conteur. Vous avez fait la partie la plus difficile. Cependant, ce n’est que le début du processus créatif. Vous aurez envie de lire et relire ce premier manuscrit et même de le réécrire complètement (je l’ai fait plusieurs fois, mais je ne le fais plus). Vous vous soucierez des trous de l’intrigue. Vous penserez probablement que ce n’est pas bon et que personne ne voudra le lire. Pourtant, c’est exactement ce que vous devriez faire : l’envoyer à quelqu’un pour qu’il le lise.


Comment puis-je passer de « la fin » au premier lecteur ? Avant de m’attarder trop profondément dans les détails de l’histoire, j’exécute une analyse de l’arc narratif — je suis un coach de fictionary, donc j’utilise le logiciel pour vérifier la progression de l’intrigue. Ensuite, j’exécute un logiciel de langue pour corriger mon premier manuscrit et vérifier les fautes d’orthographe et de grammaire avant de l’envoyer à un alpha-lecteur digne de confiance. Je lui pose généralement des questions sur la sympathie de mes personnages, si des scènes traînent ou sont trop courtes… Un bon mentor serait en mesure de vous guider sur tous les aspects du caractère, du cadre et de la construction de l’intrigue.


Travailler à temps plein sur un manuscrit de 80 000 mots me prend quelques mois. Cependant, en fonction de la complexité de l’intrigue, cela peut me prendre plus de temps. Donc, si vous n’y travaillez pas à temps plein, planifiez des « périodes d’écriture » dans votre emploi du temps chargé, même si vous passez une partie des « périodes d’écriture » à regarder la page blanche.


Si vous avez une idée pour un livre et que vous souhaitez faire le premier pas pour qu’il devienne une réalité, vous pouvez toujours me contacter pour planifier 30 minutes gratuites avec moi. Nous ne discuterons pas votre idée en tant que telle, mais la façon dont vous pourriez commencer à la développer.

Si votre rêve est d’écrire un livre (de fiction ou non) et que vous trouvez le concept intimidant, il existe des moyens de vous guider tout au long du processus. Cet aelier et l’atelier créatif 6 vous donnera quelques astuces… ou vous pouvez me contacter pour essayer une séance gratuite de mentoring créatif.


 

Des cadeaux pour mes abonnés...











... Explorez l'univers des Ancilians.


Florilège - Histoires ancilianes volume 1 - Disparaissez dans l'imaginaire passé, présent et futur de l'univers des Ancilians.



et dites-moi dans quel courriel vous voulez recevoir les liens. En bonus, vous recevrez le mot de passe pour découvrir tous les récits inédits que je publie pour mes abonnés sur la page chatsgris-greycats



 

PSST!

Vous trouverez tous mes livres sur AMAZON


Découvrez L'Enfant-Gardien 5 Vengeance.

Le 24 novembre 2023!


Loudna Between Leaps: Shipwreck sortira en anglais bientôt.

Bonne semaine!

 

First Manuscript

In creative workshop 1, I discussed how to use brainstorming on a word to generate a wealth of ideas.

In creative workshop 2, we built a plan I call the skeleton.

In creative workshop 3, we added layers to our skeleton.

In creative workshop 4, we cleaned up the manuscript.

In creative workshop 5, we polished the manuscript.

In creative workshop 6, I explained how I go from ideas to first outline.

In creative workshop 7, I tackled the tricky topic of descriptions.

In creative workshop 8a, I edited the introduction of a flash fiction.

In creative workshop 8b, I completed the editing of the flash fiction.

In creative workshop 9, I discussed the introduction and inciting incident.

In the creative workshop 10, I looked at the elements of the first scene

In the creative workshop 11, I introduced the fundamental questions that are just as important to you as they are to your readers: Who, when, where, what, why and how

In the creative workshop 12, I show you the (infographic) timeline I use when I write a novel.

In this creative workshop, I'll retrace how I reach 'The End' on my first manuscripts.

Following last week’s infographic blog, in the coming weeks, I will develop each manuscript iteration further. I spoke much about developing the idea in previous blogs and I will refer to them. Completing the first manuscript ever is the hardest phase. However, as you find ways to order your ideas and discover your creative processes, this phase becomes less daunting. Storytellers love to imagine fictive lives and adventures; writing allows you to extract your ideas from your brain. You don’t need to have perfect language skills to be a writer, you just need to know how to put your ideas together … in words. Editing is of the upmost importance, but it comes after the first manuscripts.


I have an idea to write a story.

In the ideation phase, you can spend hours or years imagining it. Wondering not only what the story is about but how you can write it.


In this initial phase, I think about it, imagine the lives of my characters, or the places, or the plot, even dialogues to get a feel of people’s voices and personalities. I write what’s happening, their actions, how they get from A to B, how they feel. As I don’t see images in my head unless I concentrate hard, I don’t write long visual descriptions. However, I start putting down the sensory surroundings, what it looks like, but also what it sounds like, smells like, taste like, feels to the touch.


When you’re in this phase, you write about it, think about it and create many scenes, descriptions and dialogues. Whether your ideas are in pure chaos, or you’ve already established a path to the end of your story, you dive into your passion with enthusiasm and reach a dead end. That’s OK, it doesn’t mean your story is bad, only that you need to find ways to break through the barrier.


Do Brainstorming Sessions

This phase allows to identify the who, what, when, where why and how (5WH) and their answers. You find out what you know and you don’t know so you can plan your research, build your world, develop your characters, find out more about the plot. Characters, settings and plots start merging into a coherent story – or not, as at this point, you might still be in pure chaos with hundreds of written pages and Post-its all over your walls.


Ideation and brainstorming can take a few hours, days, months, years. I worked for years to develop the universe of the Ancilians so now I can run through those initial steps very quickly. Over the years, I have created hundreds of characters, imagined as many settings and numerous civilizations – on paper. Nowadays, I sit in front of the computer and pull out of my imagination the places and kinds of people needed in a story. I still complete research, read a lot and keep tabs on the world events.

If you find the answers to the 5WHs, the next phase will be a doddle.


What’s the plot?

Depending on how much research or world-building you need to complete, identifying the key events in your plot can be done in hours, days or weeks. I know if you’re a pantser, you would prefer to skip this phase. If you’re a plotter, you might spend too much time here. Whether you’re a pantser, a plotter or a plantser, your first manuscript will be so much easier to write if you have a character with a goal and you know what’s at stake if their journey fails. I’m not plotting here, I’m simply finding out if my hero has a quest worth telling.


So the goal of this phase is to summarize your story: who’s your protagonist, who’s the antagonist? What are their goals, what is at stake? Then, keeping the goal and stakes in mind, you create a skeleton of the plot. In other words, you develop the story arc by identifying your key plot events: the normal life, the inciting incident, the decision to go on, the point of no return, the climax and, yes, the conclusion.


I have dozens of skeletons ready to write. I tell myself the story arising from an idea in half a page of bullet points so I remember. It doesn’t mean the first manuscript will stick to this plan. Remember that in this phase, you’re still exploring your character’s journey. There will be gaps and discrepancies. That’s why you will review your manuscript many times before you publish it.


First manuscript

Sitting down to begin writing is the pinch point. You’ve got things together, you kind of know where you want to end but now you need to get there. Life gets in the way of writing – when will you find the time to write? Blank page anxiety get in the way of writing. All the ideas are within your notebooks, Post-Its, loose bits of paper … and your brain, but how do you set them on paper to create a coherent story?


There’s no shortcut, no magic solution. I can tell you how I go from idea to first manuscript, but it might not work for you.

1. As I have told myself the story and written a summary, I start with the key events heading six chapters: introduction, the inciting incident, the decision to engage, the point of no return, the climax and the conclusion. My first session might be only to create the word document and populate the six chapters with the summary information.

2. I don’t work chronologically. I let inspiration take me to the end, leap back to the middle, describe a fight in the climax. Keeping in mind the goal of my protagonist – and antagonist, as well as the stakes, I add flesh to the skeleton, that is, I fill the chapters with scenes until I have told the story.

3. By the end, I’ve reshuffled all my notebooks, Post-its and loose bits of papers. My manuscript might not be embellished with sensory information or emotional connections, but I know what’s going to happen, how the characters interact and who has beaten the stakes. This manuscript can be very detailed or skeletal. It doesn’t matter, I have done the first tidying of fragmented idea and written ‘The End’.


Reaching ‘The end’ is the most exhilarating moment of a storyteller’s life. You have done the hardest part … however it’s only the beginning of the creative process. You’ll feel like reading your first manuscript over and over, even rewriting it completely (I’ve done it many times but I don’t do it any more). You will worry about the plot holes. You will probably think it’s not good and no one will want to read it. Yet that’s exactly what you should do: send it to someone to read.


How do I go from ‘The End’ to the first reader? Before I dwell too deeply in the details, I run a story arc analysis – I’m a Fictionary coach so I use the software to check the progression of the plot. Then I run a language software to edit my first manuscript and check spelling and grammar errors before I send it to a trustworthy alpha reader. I usually ask them about the likability of my characters, if any scenes are dragging or too short… A good mentor would be able to guide you on all aspects of character, setting and plot building.


Working full time on an 80,000-word manuscript would take me a couple of months. However, depending on the complexity of the plot, it can take me longer. So, if you’re not working at it full time, plan ‘set times’ to write in your busy schedule, even if you spend some of the ‘set times’ staring at the blank page.


If you have an idea for a book and would like to take the first step to make it a reality, you can always schedule a free 30 minutes with me. We won’t discuss your idea as such, but how you might start developing it.

If you want to write a book (nonfiction or novel) and you find the concept daunting, there are ways to guide you throughout the process. The creative workshop 6 will give you some tricks … or you can reach out to me to try a free session of creative mentoring.



 

Gifts for my subscribers...











Explore the Ancilian's universe.


Anthology - Ancilian's Stories volume 1 - Disappear in the past, present and future of the Ancilian's universe.




... and let me know in which email you would like to receive the link. As a bonus, I will send you the password to access the exclusive stories I publish for my subscribers on the chatsgris-greycats page.


 

PSST!


You can find all my books on AMAZON



My first English novella: Loudna Between Leaps: Shipwreck is coming soon.


Have a great week!





Comments


bottom of page